La culture du Thé

Botanique et AgronomiePekoe

Le théier, du Latin Camellia sinensis, est originaire d’Asie. C’est un arbuste de la famille des Théacées à feuilles persistantes (qui ne tombent pas).  Il existe trois variétés de Camellia sinensis mais deux seulement sont cultivées :

Camellia sinensis sinensis communément appelé Yunnan dont les feuilles sont petites et de couleur vert olive.

Camellia sinensis assamica communément appelé Assam dont les feuilles sont larges et le bourgeon pâle et charnu.

Les conditions optimales pour le théier sont un climat chaud et humide, une température moyenne de 20°C et un sol drainé qui ne retient pas l’eau. Le théier se plait en altitude et peu même pousser à une altitude de 3000 mètres. Le climat influence le rendement et la qualité des récoltes. En effet une saison trop humide affecte la qualité au profit du rendement et inversement pour une saison sèche. L’altitude est aussi un facteur positif pour la du thé.

 Production

La production mondiale de thé s’élevait en 2008 à 3.8 millions de tonnes (Source FAOSTAT). Les principaux pays producteurs de thé sont la chine (33%), l’Inde (21%), le Kenya (9%), le Sri Lanka (8%), la Turquie (5%), le Vietnam (5%), l’Indonésie (4%), le Japon (3%), l’Argentine (2%), la Thaïlande (2%) et le Bangladesh (2%).

Plantation de thé

L’exploitation de thé est appelée la plantation et la parcelle de thé est appelée le jardin. La reproduction du théier se fait par bouturage. Les jeunes plants deviennent productifs au bout de 5 ans après de nombreuses « tailles de formation » pour qu’ils atteignent leur taille adulte. Les théiers adultes sont eux aussi taillés régulièrement à hauteur d’homme soit 1 mètre  pour former la « table de cueillette » qui facilite la récolte mais qui permet aussi d’induire la croissance des bourgeons. Un théier va produire des nouveaux bourgeons pendant 40 à 50 ans. Comme pour le vin, chaque jardin va avoir ces propres caractéristiques géologiques (sol et sous-sol), climatiques (température, heures d’ensoleillement, pluviométrie) et ainsi offrir aux différentes origines des singularités de goûts et de saveurs.

Cueillette

La cueillette à lieu toute l’année, sauf en altitude durant les mois d’hiver. Elle s’effectue principalement à la main et souvent par des femmes. La mécanisation de la récolte est peu répandue, elle se fait principalement dans les terrains plats en Turquie, au Kenya, en Argentine et dans quelques plantations Japonaises. Chaque théier est prélevé toutes les semaines ou toutes les deux semaines en fonction de la quantité prélevée, du climat et de la croissance. La cueillette consiste à prélever le bourgeon terminal (pekoe) de chaque branche qui forme une jeune pousse.  Le nombre de feuilles récoltées avec le pekoe défini la qualité de la cueillette :Shema théier-pekoe et ses feuilles

  • « cueillette Impériale » cueillette du pekoe plus la dernière feuille de la tige.
  • « cueillette Fine » cueillette du pekoe plus les deux dernières feuilles de la tige.
  • « cueillette Moyenne » cueillette du pekoe plus les trois dernières feuilles de la tige.

Il est possible de récolter jusqu’à la cinquième feuille de la tige appelée Souchong. c’est avec ce type de cuillette que l’on fabrique les thés fumés : Tarry souchong et Lapsang Souchong.

 

 

C’est la combinaison de la qualité de la cueillette et de la préparation des feuilles qui permet d’obtenir les différents types de thés : thé vert, thé noir, thé blanc, thé rouge, thé sombre